Biographie
Publications
Famille
Amours
Liens
courriel

Publication précédente Retour à lindex des publications Publication suivante

Rumeurs et marées

Rumeurs et marées
Roman
2002, Vents d’ouest

À Morlieux, village de la Côte-Nord né de la tourmente puis abandonné dans la confusion, les maisons livrent leurs souvenirs. Restées là, ouvertes sur la mer, à la merci des vents et du froid qui achèvent de les décarcasser, toutes ont des histoires à raconter, des gémissements à faire entendre, des pleurs à cacher et des joies à partager.

Avant que les embruns aient raison de ce village fantôme, la plus importante et la plu belle des demeures se fait la porte-parole du groupe « pour raconter fidèlement ce qui est arrivé. » Elle a tout entendu, rumeurs, racontars et vérités, colportés par le vent tendre de l'été et les tempêtes de l'estuaire. Elle, qui a abrité trois générations de médecins, sait les gens et les choses. Que les morts ne sont jamais tout à fait morts. Que les scientifiques venus abreuver les villageois de mots savants ne savent rien de la mer, de la terre ni des comètes qui voyagent dans le ciel...

Naviguant entre le conte et la saga, à la fois ironique et tendre, Rumeurs et marées nous plonge dans l'histoire d'un village côtier dont on suivra avec sympathie l'aventure, grande ou petite, des habitants.

Extrait du roman

Les épousailles eurent lieu à Laridée et je n'en sais que ce que l'on a bien voulu m'en raconter. Mais toute neuve que j'étais, quand les nouveaux mariés se sont installés, j'ai compris bien des choses. La première, c'est que Jeanne avait accepté de partager sa vie avec Loïc Larmor dans le but inavoué, mais ferme, de le «  remettre sur le droit chemin ».

Elle crut d'abord avoir réussi. Son mari se montrait attentif à ses moindres désirs, même à ses caprices et ne parlait plus de se rendre à Laridée, les bons soirs! C'est que le mariage impose des obligations ! Jeanne ne lui fit grâce d'aucune.

Moins d'un an après le mariage, elle donna à Loïc un futur médecin doublé d'un futur coureur de jupons. Alors, elle sut que le moment était venu de racheter son mécréant de mari aux yeux de Dieu et se refusa à lui s'il ne consentait pas à dire un chapelet avant l'acte.

Échec et mat! Loïc Larmor repoussa net toute idée de compromis et ne parut même pas manquer ce que sa femme lui avait d'abord accordé, avec parcimonie, il faut bien l'avouer. Il n'accepta jamais de fréquenter l'église, quelle que soit l'occasion.

Suprême humiliation pour Jeanne, son époux ne franchit même pas le seuil de la maison de Dieu le jour du baptême de leur fils. Mais les absents ont toujours tort... Lors de la cérémonie, l'enfant fut consacré à Dieu et enregistré sous les prénoms de : Joseph-Charles-Dieudonné Larmor.

Hosanna!

Vents d'Ouest